Oh regarde, une paréidolie !

nuagecheval Non, définitivement non, votre enfant ne vous lâchera jamais en regardant le ciel : « Oh regarde, une paréidolie ! » Par contre, il vous dira : « Oh regarde, le nuage, il ressemble à un ourson. » Ou à un éléphant, un visage, un poisson.

Vous aussi, j’en suis certaine, il vous arrive de voir la carte de France en découpant un kiwi, un visage dans la mousse de votre café ou encore le Christ en trame de fond d’une vieille photo noir et blanc ou sur le tronc d’un arbre.

Eh bien cette illusion d’optique porte un nom, eh oui : la paréidolie (qui peut s’écrire avec ou sans accent). Et je dois bien avouer que je l’ignorais jusqu’à la semaine dernière. Comme quoi, on n’a jamais fini d’enrichir son vocabulaire.

Selon une étude publiée en avril 2014, voir des paréidolies partout serait un signe de bonne santé cérébrale. Car c’est bien notre cerveau qui est à l’origine de ces « visions ». En fait, le cerveau structure son environnement et il lui arrive de transformer des informations fournies par la rétine en objets connus. C’est pourquoi dans un même nuage, deux personnes peuvent voir des choses différentes. Les attentes, les prédispositions, la culture de chacun a un impact sur nos paréidolies.

Quoi qu’il en soit, et en cette veille de week-end et de dîner(s) entre amis, voilà un mot à caser dans la conversation pour épater la galerie !