Faire la nique à « pic-nic »

Allez savoir pourquoi, il y a des mots pour lesquels je mène un véritable combat. Il y a évidemment « chips » et son genre féminin. Et puis il y a aussi le mot « pique-nique », avec deux fois « qu » et non deux fois « c » comme on le voit souvent orthographié.

Encore hier, j’ai failli m’étrangler. Pas à cause d’une chips, à cause d’un « pic nic ». Un horrible « pic nic » écrit par une journaliste radio de la RTBF en reportage à Avignon dans l’un de ses statuts Facebook. Mais pourquoi donc mes contemporains s’évertuent-ils à écrire « pic nic » ou « pic-nic » au lieu de « pique-nique » ?

Peut-être pour faire comme les Anglo-Saxons. Alors ils devraient écrire « picnic », sans trait d’union ou sans espace. Peut-être par nostalgie d’un modèle d’une célèbre marque de voiture. Mais là aussi, sorry, c’était sans trait d’union et en un mot. Seraient-ils à ce point illettrés ? Je refuse de le penser. Quoique…

Pour aider tous les amateurs de « pic-nic » à dorénavant « pique-niquer », l’explication de l’origine du mot devrait aider (même si diverses origines rivalisent).

Le terme « pique-nique » serait apparu au 17e siècle. Dans le langage populaire, on disait alors « faire un repas à pique-nique ». Le mot « pique » viendrait du verbe « piquer », dans le sens de picorer, inspiré des poules qui picorent les graines. Et la « nique » désignerait une « petite chose sans valeur ». La juxtaposition de ces deux termes permet donc de signifier le fait de picorer de petites choses, apportées par chacun, pour un repas convivial en extérieur.

Un chips ou une chips ? Le débat fait rage

woman with chips S’il est un mot qui fait débat à l’apéro, c’est bien le mot « chips ». Masculin, féminin, pluriel ? Personne n’est jamais d’accord jusqu’à ce que l’on sorte le dictionnaire (cas vécu plus d’une fois) pour prouver à tout le monde que oui, « chips » est bel et bien féminin !

Cela dit, même après avoir ouvert Robert, certains campent sur leurs positions. « Je ne vois pas pourquoi on devrait dire une chips car après tout, c’est ‘un’ pétale de pomme de terre ». Autre justification saugrenue : « Qui mange un ou une chips ? Personne ! C’est une poignée voire le paquet, donc le pluriel l’emporte ! File-moi les chips ! »

Les antiféministes de la chips ne s’arrêtent pas là : « ‘Chip’ est un mot d’origine anglaise, et en anglais, il n’y a ni masculin ni féminin. Chips est asexué. » Sauf que l’on donne généralement aux mots étrangers le genre des noms français auxquels ils correspondent. Nos voisins français et nos cousins canadiens utilisent le féminin, comme Robert.

Dernièrement, un ami sachant mon attachement au féminin du mot « chips » a débarqué tout guilleret, Wikipédia ouvert à la page « Chips » sur son smartphone. « Robert et Larousse ont retourné leur veste ! Dans l’édition du Larousse de 1959 et du Robert de 1972, ‘chips’ était un nom masculin pluriel ! Tu vois que ta chips n’a rien de féminin ! C’est vrai puisque c’est Wikipédia qui le dit… » Si Wikipédia était si infaillible, cela se saurait… Mais bon, accordons à cet ami et à Wikipédia le bénéfice du doute. Je serai ravie d’offrir un kilo de chips, à défaut d’un kilo de fraises ou de cerises, à celui ou celle qui m’enverra une copie des pages des deux éditions précitées attestant du masculin pluriel de chips. Et je suis tout aussi curieuse de connaître l’année où Robert et Larousse « ont (définitivement) retourné leur veste ».

En attendant, la question ne se pose plus : je viens de terminer le dernier pétale du paquet.