Après le slow food, la slow orthographe

Cover Slowclasses 2Voilà 23 ans que l’on nous parle de la « nouvelle » orthographe. Vingt-trois ans qu’elle est toujours aussi mal connue, et employée de manière variable. D’ailleurs, qui sait réellement quelles réformes ont été appliquées ? Nombreux sont ceux qui l’emploient sans même s’en rendre compte. Car c’est là un des avantages de la « nouvelle » orthographe, avec elle, certaines fautes n’en sont plus !

La « nouvelle » orthographe peine donc à s’imposer, elle prend son temps, alors qu’elle est censée être la référence. On pourrait dire qu’elle fait partie du « mouvement slow ». Comme il y avait déjà le slow food, le slow management, le slow money il y aurait donc la slow orthographe.

Une slow orthographe dont je vous livre l’essentiel dans un tout nouveau magazine baptisé… « Slow Classes ». Initiative lancée par Nathalie Dillen, journaliste, prof de français et baroudeuse, « Slow Classes » est destiné aux parents, aux enseignants et à tous ceux qui veulent apprendre autrement. Un magazine différent, intelligent, qui six fois par an offre une autre vision de l’école et de l’apprentissage en général.

Pour son deuxième numéro, « Slow Classes » consacre son dossier aux évaluations scolaires (le PISA nouveau est bientôt là !), donne la parole à Carl Honoré, auteur de l’emblématique « Eloge de la lenteur », apprend aux enfants à lire une carte ou un plan et même à fabriquer leur propre boussole ! Sans oublier quelques fiches pratiques, ludiques et toujours originales.

« Slow Classes » n’est disponible pour l’instant qu’en version numérique. Vendu 5,50 €
le numéro, une part de ses bénéfices sont reversés à des projets d’école du Monde.

A découvrir aussi sur www.slowclasses.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *