Faire la nique à « pic-nic »

Allez savoir pourquoi, il y a des mots pour lesquels je mène un véritable combat. Il y a évidemment « chips » et son genre féminin. Et puis il y a aussi le mot « pique-nique », avec deux fois « qu » et non deux fois « c » comme on le voit souvent orthographié.

Encore hier, j’ai failli m’étrangler. Pas à cause d’une chips, à cause d’un « pic nic ». Un horrible « pic nic » écrit par une journaliste radio de la RTBF en reportage à Avignon dans l’un de ses statuts Facebook. Mais pourquoi donc mes contemporains s’évertuent-ils à écrire « pic nic » ou « pic-nic » au lieu de « pique-nique » ?

Peut-être pour faire comme les Anglo-Saxons. Alors ils devraient écrire « picnic », sans trait d’union ou sans espace. Peut-être par nostalgie d’un modèle d’une célèbre marque de voiture. Mais là aussi, sorry, c’était sans trait d’union et en un mot. Seraient-ils à ce point illettrés ? Je refuse de le penser. Quoique…

Pour aider tous les amateurs de « pic-nic » à dorénavant « pique-niquer », l’explication de l’origine du mot devrait aider (même si diverses origines rivalisent).

Le terme « pique-nique » serait apparu au 17e siècle. Dans le langage populaire, on disait alors « faire un repas à pique-nique ». Le mot « pique » viendrait du verbe « piquer », dans le sens de picorer, inspiré des poules qui picorent les graines. Et la « nique » désignerait une « petite chose sans valeur ». La juxtaposition de ces deux termes permet donc de signifier le fait de picorer de petites choses, apportées par chacun, pour un repas convivial en extérieur.