Orgasme littéraire…

Mots du sexe Voici deux semaines, après la publication de l’article sur l’Ardenne belge, l’un de mes lecteurs assidus m’envoie un texto : « Bon, à quand un sujet un peu sexy sur phantasme ou fantasme, par exemple ? Ou l’origine du mot ‘godemichet’… Histoire que ça like un peu. »

Comme je suis toujours à l’écoute de mes « fans », je me suis dit pourquoi pas. Mais avec « phantasme » et « fantasme », je n’allais pas aller bien loin. Les deux orthographes sont acceptées. Le « f » étant juste plus moderne que le « ph » issu du grec « phantasma ». Seule une psychanalyste britannique fait une distinction de sens entre « phantasme » et

« fantasme » ; le premier évoquerait le phantasme inconscient, le second le fantasme conscient. L’Académie française ne pousse pas le bouchon jusque-là. Et je vous rassure, moi non plus (pour une fois) !

J’ai donc cherché un peu plus loin ce qui pourrait « donner du plaisir » à mon lecteur. C’est alors que je suis tombée nez à nez avec « Le Bouquin des mots du sexe » d’Agnès Pierron. Mille trente-sept pages de vocabulaire coquin ! Auriez-vous imaginé une telle richesse autour du sexe ? D’autant qu’ici, rien n’est dégueulasse, rien n’est violent. On est loin des vulgaires « mettre », « prendre » ou « branler » (même si on les trouve dans l’ouvrage, difficile de les éclipser). Dans le livre d’Agnès Pierron tout est poétique, drôle, inventif, inattendu et souvent… inconnu. Un Kâmasûtra des mots où le sexe se mêle à la nourriture, à la religion, aux métiers, aux fleurs, à notre environnement familier. De quoi pousser l’imagination à s’égarer.

Evidemment, je ne résiste pas à l’envie de vous livrer quelques exemples parmi les 2.500 du bouquin…

Faire criquon criquette : coïter.

«Déballer le Mon Chéri» : déshabiller une femme.

Être en lecture : se dit, dans le vocabulaire de la prostitution, quand la fille est occupée avec un client.

Plaider aux Consuls : faire l’amour.

Casser la gueule à son porteur d’eau : avoir ses règles.

Avoir des avant-scènes : avoir de gros seins.

Être à bande et à cassette : être bisexuel(le).

Le regoubillonnement des chambrières : relancer une femme, en l’allumant par quelques caresses.

Envoyer son enfant à la blanchisseuse : éjaculer hors du vagin, dans les draps.

Le choix du boucher : c’est le « morceau de choix » – l’anus – que la prostituée réserve à son amant de cœur.

Refaire le carrelage du bois de Boulogne : être une bonne fellatrice, ou un bon branleur.

Un tablier de forgeron : le système pileux intime de la femme.

Se la passer à la feuille d’or : pour un homme, se masturber

Vous l’aurez compris, rien ne vaut la lecture du « Bouquin des mots du sexe » pour s’offrir, une fois n’est pas coutume, un vrai orgasme… littéraire.

« Le Bouquin des mots du sexe », Agnès Pierron, Robert Laffont, 2015.