Je suis une timbrée de l’orthographe

Timbrés orthographe On me le dit souvent. « Qu’est-ce que tu nous fais ch…, avec ton orthographe ! Une vraie timbrée. » Alors quand je suis tombée sur ce magazine, un peu par hasard je l’avoue, je me suis dit celui-là, il faut vraiment que je m’y abonne. Vous pensez,
un magazine qui s’intitule « Timbrés de l’orthographe ». Il était fait pour moi.

Donc voilà, j’attends avec impatience de recevoir mon premier exemplaire, fin mars. Pour pouvoir encore faire ch… mon monde un peu plus. Parce qu’en fait j’adore ça. Déformation professionnelle, sans doute.

Et puis qu’y a-t-il de mal à expliquer aux gens qu’une balade ne prend qu’un seul « l » quand on se promène mais deux quand on la chante ? Que palier n’a aussi qu’un seul
« l » quand il est entre deux étages mais qu’il en prend deux quand on veut remédier à quelque chose. Oui, tiens, justement, précisons dans ce cas-ci que si l’on « remédie à quelque chose », par contre on « pallie quelque chose ». On ne pallie pas « à ». Ça, c’est incorrect. Quant à « repère » et « repaire », ils ont beau être homonymes, avoir la même racine latine, écrit d’une manière ou d’une autre, ils ne signifient pas la même chose ! Je vous laisse chercher… Ou encore que « elles se sont rendu compte », non, ça ne s’accorde pas ! Se rendre compte est invariable.

Oui, je sais, je suis une timbrée de l’orthographe. Mais que tout le monde se rassure, il m’arrive aussi d’hésiter, de douter voire… de ne pas savoir (cette semaine je suis entrée de plain-pied dans le vif du sujet, comprenne qui pourra…). Dans ce cas-là, je suis toujours heureuse que quelqu’un me fasse ch… et me montre que je ne suis heureusement pas la seule timbrée de l’orthographe ici-bas.